Frais de scolarité au Canada

Highest and lowest tuition fees in Canada

Le coût d’aller au Collège ou à l’université continue d’augmenter alors que les derniers chiffres publiés par Statistique Canada montrent que les droits de scolarité pour les étudiants à plein temps dans des programmes de premier cycle s’élèvent en moyenne à 6 571 $ pour l’année d’études 2017-2018. Cela représente une augmentation de 3,1 % par rapport à l’an dernier où ils se situaient à 6 375 $.

Alors que faire des études postsecondaires coûte est de plus en plus dispendieux, l’éducation supérieure est extrêmement importante pour les étudiants. Détenir un diplôme ou un baccalauréat constitue un avantage pour les étudiants sur le marché du travail en ce que cela leur fournit les compétences requises pour les emplois de l’avenir alors que le paysage des carrières est en pleine évolution.

Combien coûteront les études universitaires?

Il y a de nombreux frais à prendre en considération lorsque l’on étudie. En utilisant les chiffres publiés dans les sites Web d’universités et par Statistique Canada et en évaluant l’inflation, CST projette que, d’ici 2035, un programme universitaire de quatre ans pour un étudiant vivant ailleurs qu’à la maison pourrait coûter autant que 157 000 $. Cette projection inclut les droits de scolarité, les frais obligatoires, la chambre et pension, les divertissements et le transport.

Ce qu’un étudiant paiera réellement en droits de scolarité pour ses études postsecondaires dépendra aussi d’un nombre de facteurs : à quel programme il est inscrit, où il va étudier ainsi que les bourses et l’aide qu’il recevra.

C’est pourquoi un régime enregistré d’épargne-études (REEE) est essentiel dans la planification des études futures. Commencer tôt et prévoir à l’avance peut vous aider à tirer le meilleur parti des subventions pour l’épargne-études que le gouvernement ajoute à un REEE qui donneront un coup de pouce à votre épargne-études.

Les droits de scolarité les plus élevés et les plus bas au Canada

Statistique Canada a trouvé que l’augmentation des droits de scolarité moyens pour les études de premier cycle variait cette année d’un océan à l’autre : la hausse la moins élevée ayant eu lieu en Alberta au taux 0,1 %, les droits étant passés à 5 749 $, alors que la plus forte était en Nouvelle-Écosse au taux de 5,5 %, pour un total de 7 726 $.

Les droits de scolarité moyens les moins élevés au pays pour des programmes de premier cycle sont à Terre-Neuve-et-Labrador et s’élèvent à 2 814 $ alors que les étudiants de l’Ontario font face aux droits de scolarité les plus élevés du pays qui se chiffrent à 8 454 $.

Les droits de scolarité les plus élevés pour des programmes de premier cycle sont dans les domaines suivants : en dentisterie (22 297 $), en médecine (14 444 $), en droit (13 642 $) et en pharmacie (10 279 $).

Les droits de scolarité les plus bas pour des programmes de premier cycle sont dans les domaines suivants : en sciences humaines (5 595 $), en agriculture, en ressources naturelles et conservation (5 582 $) et en éducation (4 676 $).

Le tableau suivant de Statistique Canada détaille la moyenne pondérée des droits de scolarité des étudiants canadiens à temps plein du premier cycle, selon les domaines d'études. 

Moyenne pondérée des droits de scolarité des étudiants canadiens à temps plein du premier cycle, selon les domaines d'études en 2017/2018

Tous les domaines d'études

Dollars courants

Dentisterie

22 297

Médicine

14 444

Droit

13 642

Pharmacie

10 279

Génie

8 099

Médecine vétérinaire

7 667

Mathématiques, informatique et sciences de l’information

7 140

Architecture et services connexes

7 081

Commerce, gestion et administration publique

7 068

Santé autre, parcs, récréation et conditionnement physique

6 261

Sciences physiques de la vie, et technologies

6 191

Services personnels de protection et de transport

6 157

Arts visuels et d’interprétation, et technologie des communications

5 842

Sciences sociales et de comportement, et études de droit

5 721

Sciences infirmières

5 634

Sciences humaines

5 595

Agriculture, ressources naturelles et conservation

5 582

Éducation

4 676

Tous les domaines d’études

6 571

Source : Statistique Canada

Comment financer les études collégiales ou universitaires ou d’autres programmes postsecondaires

En bout de ligne, pour se préparer face à l’avenir, planifier et épargner le plus tôt possible en vue des études postsecondaires est impératif. Avoir un REEE peut aider à gérer ces coûts croissants.

Le gouvernement offre un incitatif aux Canadiens qui épargnent en vue des études futures de leurs enfants en versant des fonds aux familles qui épargnent dans un REEE. Le gouvernement fédéral et quelques gouvernements provinciaux ont mis en place des programmes de subventions de contrepartie qui ajoutent 20 % ou plus à vos épargnes dans un REEE. Chaque dollar épargné aujourd’hui est un dollar que les parents n’auront pas à chercher lorsque leur enfant sera prêt à poursuivre des études postsecondaires.

Dans l’intérim, il y a de simples façons pour les familles d’épargner pour les études futures d’un enfant. Même si un jeune couple commence juste à fonder une famille alors qu’il a une dette étudiante à rembourser, il lui est toujours possible d’épargner.

Pour les étudiants, il pourrait s’agir d’apprendre à vivre en gérant un budget d’étudiant, de trouver un emploi partiel ou de trouver des moyens de se servir de leurs passe-temps, comme la photographie ou la rédaction, pour gagner de l’argent supplémentaire afin d’aider à couvrir les frais liés aux études.

Se préparer en vue des études futures peut aider à répondre à la question « Avez-vous les moyens de financer les études collégiales ou universitaires? » Commencer tôt à épargner en vue des programmes postsecondaires signifie que les familles seront mieux préparées à faire face aux droits de scolarité et aux coûts futurs de l’éducation au Canada. Cela permettra aussi aux enfants d’avoir une tranquillité d’esprit sur le plan financier et de pouvoir se concentrer sur leurs études supérieures.