Boire un café avec son moi futur : le point de vue original d'un étudiant sur la présentation d'une demande d'une bourse de CST pour les études supérieures

Lucas Olscamp CST

De Lucas Olscamp

Il m'est difficile de concevoir comment mes parents ont un jour posé leur regard sur mon visage de bébé et se sont dits : « cet enfant va poursuivre des études universitaires ». Mais je suis bien content qu'ils l'aient fait.

Ce sont mes parents qui, berçant mon petit corps fragile dans leurs bras, le sourire aux lèvres alors que je criais mes pleurs au monde avec fureur, ont eu confiance non seulement au moi que j'étais alors, mais également au moi que j'allais devenir un jour. Leur décision d'investir dans un régime du Plan fiduciaire canadien de bourses d'études a été à l'origine de nombreuses conversations que nous allions avoir, eux et moi. 

Dix-huit ans, deux provinces et de nombreux pleurs enragés contre le monde plus tard, les prédictions optimistes de mes parents pour l'avenir se réalisèrent enfin : je fus accepté à l'université. Les quatre années suivantes de formation intensive en éducation interculturelle et en arts libéraux interdisciplinaires à l'Université de New York à Abu Dhabi allaient considérablement changer la façon dont j'interagissais avec le monde autour de moi. J'ai voyagé dans plus de seize pays et je me suis produit dans plus de vingt représentations théâtrales.

J'ai obtenu mon diplôme avec distinction et j'ai su immédiatement que je voulais rentrer au Canada pour poursuivre mes études en conception de décors de théâtre. C'est grâce aux conseils constants de mes parents que j'ai pris connaissance de la bourse pour les études supérieures de la Fondation fiduciaire canadienne de bourses d’études et que j'ai osé soumettre une demande.

Quand le moment est venu de me mettre enfin à rédiger ma demande d’une bourse pour les études supérieures de la Fondation fiduciaire canadienne de bourses d’études, j'ai passé beaucoup de temps à compiler fébrilement le rapport de tous les succès marquants que j'avais réalisés dans les 22 années de ma vie. Une fois dressée, cette liste, le recueil tangible de mes succès, était apparemment impressionnante, mais semblait vide de sens. La personne que je décrivais, un canadien passionné et sûr de lui, originaire d'une petite ville, qui avait voyagé autour du monde et étudié les arts d'interprétation interdisciplinaires était à des années lumière de la réalité de la personne que j'étais à ce moment-là : anxieux, confus, frustré et terrifié de ce que l’avenir lui réservait.

Penché en arrière sur ma chaise, contemplant le curseur clignotant sur mon écran, j'ai placé mon doigt au dessus du bouton menaçant « Supprimer », j'ai aspiré profondément et longuement et appuyé sur le bouton jusqu'à que tous les mots gribouillés disparaissent devant mes yeux. Puis je me suis immédiatement levé, je suis sorti de mon appartement et je me suis rendu à pas rapides au café le plus proche, j'ai commandé un café Americano XL, je me suis assis à une table pour deux personnes et, sans dire un mot (mais avec une écoute attentive) j'ai eu une conversation avec mon moi futur.

Assis dans ce café, j'ai revu l'image de mes parents qui tenaient dans leurs bras le bébé que j'étais et j'ai vu ce qu'ils voyaient en moi, plus que ce je ne pourrais jamais voir en moi-même, et je me suis rendu compte que cette demande de bourse allait être lue par des individus tout comme eux : des gens qui non seulement avaient à cœur la personne que j'étais, mais aussi celle que je pouvais devenir.

Remplir une demande de bourse pour les études supérieures de la Fondation fiduciaire canadienne de bourses d’études ne devrait pas être une corvée, mais être plutôt considéré comme une occasion incroyable de réfléchir et d'imaginer son avenir honnêtement et ouvertement avec d'autres personnes. Que vous obteniez la bourse ou non, les leçons que vous allez apprendre en délibérant, en réfléchissant et en imaginant activement votre moi futur sont puissantes. Utilisez le temps que vous passez à préparer votre demande comme moment de quiétude avant que ne se lève l'inévitable vent du changement qui vous attend à l'horizon.

Embrassez vos inquiétudes et reconnaissez qu'il n'y a rien de mal à ne pas savoir : qui vous êtes, la direction dans laquelle vous vous acheminez, ce que vous faites et qui vous deviendrez. Le futur est toujours rempli de plus de questions que de réponses, et votre demande devrait refléter cette réalité. Quelles questions vous posez-vous, quelles sont vos préoccupations? Quel est le sujet sur lequel vous ne savez rien, mais que vous souhaitez découvrir? Quels problèmes dans le monde, grands ou petits, vous poussent à vouloir entreprendre des études supérieures afin de les affronter? Que ces questions soient une source d'inspiration, de motivation et d'action - et non une source d'intimidation.

En fin de compte, prendre un café avec votre moi futur peut sembler un peu ridicule à première vue, mais sachez que ce sont ces cogitations silencieuses, comme les souhaits chuchotés que vos parents ont fredonnés à votre moi à naître, qui peuvent inspirer et faire paraître un avenir meilleur pour la personne que vous allez devenir un jour. Prenez cette occasion inouïe pour soumettre une demande de bourse pour les études supérieures de la Fondation fiduciaire canadienne de bourses d’études de 2018 et investissez dans la poursuite du rêve de ceux qui veulent investir en vous-même.