Bourses pour les études supérieures : relever des défis

CST Graduate Scholarship Award winner Sam Tanenbaum
Dès son jeune âge, Sam Tanenbaum avait presque dupé tout le monde.
 
 « Quand j'étais en deuxième année, je détenais le vocabulaire de quelqu'un du niveau de la dixième année. Je pouvais utiliser des mots, parler et trouver des rimes, et vous « lire » des livres - mais je ne les lisais pas vraiment », explique Sam.
 
« J'ai une déficience d'apprentissage non-verbale et je suis fière de dire que je suis dyslexique. »
 
Selon la International Association of Dyslexia (Ontario Branch), « les étudiants dyslexiques éprouvent des difficultés linguistiques dans les domaines de la lecture, de l'orthographe, de l'écriture et de la prononciation des mots. »
 
Au fil des ans, Sam n'a pas laissé sa déficience d'apprentissage l'empêcher d'atteindre ses rêves et de réussir.

Bourses pour les études supérieures de la Fondation fiduciaire canadienne de bourses d'études  

Sam est l'une des récipiendaires d'un prix de la Fondation fiduciaire canadienne de bourses d'études de 2016. Elle a été reconnue comme une étudiante ayant fait preuve de détermination, obtenu des résultats scolaires élevés et accompli de grandes réalisations. Ce prix récompense les anciens étudiants du Plan fiduciaire canadien de bourses d'études qui poursuivent des études supérieures d'une bourse d'une valeur de 7 500 $.

Sam est l'une des 12 récipiendaires de bourse de partout au Canada, que l'on a célébrés lors de la cérémonie de remise des bourses pour les études supérieures de CST à Toronto, en Ontario, le 26 septembre 2016. 
 

L'avenir s'annonce prometteur : les lauréats de bourses pour les études supérieures de CST de 2016

Surmonter des obstacles

Cela n'a pas toujours été facile. Sam se souvient d'une occasion, plus tôt dans sa vie, où sa mère et elle-même se sont trouvées confrontées à un obstacle surprenant. « Un psychologue a dit : "Votre fille n'ira pas à l'université. Elle ne devrait pas suivre des cours de matières scolaires et elle devrait tout juste s'en sortir" », se rappelle Sam.
 
 « Ce n'était pas la réponse à laquelle nous nous attendions. »
 

 « Je pouvais vous réciter des rimes et "lire" des livres, mais je ne lisais pas réellement », dit Sam à propos de l’enfant dyslexique qu’elle était.

Depuis lors, Sam a dépassé les attentes et surmonté les obstacles à pas de géant. Elle a poursuivi le programme concurrent de formation à l'enseignement à l'Université de Toronto et a reçu un baccalauréat ès arts spécialisé avec haute distinction et un baccalauréat en éducation.
 
Maintenant, Sam a entrepris sa maîtrise en éducation à l'université de New York.
 
 « J'ai pris tous ces "nons" et je les ai transformé en "ouis" et en expériences formidables », s'exclame Sam. 
 

L'importance d'une éducation universitaire 

Elle attribue l'établissement de la barre pour une éducation universitaire à sa grand-mère, Shilly Rosen. Incapable elle-même de poursuivre des études supérieures, Shilly a investi dans un régime enregistré d'épargne-études (REEE) de CST pour les aspirations à des études postsecondaires de ses propres enfants, ainsi que de ses petites-filles.

« Le REEE du Plan CST a été le fondement de mon éducation, dit Sam. Il m'a permis de me rendre à l'Université de Toronto et maintenant à l'université de New-York. Cela a toujours été quelque chose auquel je me préparais et je savais que le REEE me soutiendrait tout au long de mon parcours éducatif. »  
 

Sam et sa Mamy, Shilly Rosen, qui a ouvert son REEE de CST.

Depuis 1984, CST a accordé aux élèves qui poursuivent des études postsecondaires des bourses pour les études supérieures. Pour la première fois cette année, toutes les lauréats de bourses pour les études supérieures sont des femmes. 
 
 « Je pense que cela illustre la force des femmes, qui nous sommes, et montre que nous avons réellement une place dans le milieu universitaire et de l'enseignement, dit Sam. Je suis très fière d'être l'une de ces femmes qui ont gagné. »
 

C'est la première année où tous les lauréats de bourses pour les études supérieures de CST sont des femmes.

Pour Sam, il s'agit d'une cérémonie de remise de prix dont elle sait que sa grand-mère aurait été également très fière.
 
 « Ma grand-mère est décédée au cours des cinq dernières années et elle n'est pas ici aujourd'hui, précise Sam avec émotion. Elle n'était présente à aucune de mes cérémonies de remise de diplôme, alors cela représente beaucoup pour moi de pouvoir donner suite à son legs en éducation. »
 

Sam : « Je sais que je vais continuer à apprendre tout au long de ma vie. » 

Sam rêve de devenir enseignante et de changer le monde au moyen de l'éducation.
 
Elle offre ce conseil inspirant aux étudiants qui souffrent d'un trouble d'apprentissage : « Rappelez-vous que tout vous est possible. La leçon simple que j'ai apprise a été que transformer la notion d'impossibilité en possibilité n'est qu'une simple question de point de vue. Personne ne peut vous enlever votre savoir-faire et votre intelligence. Prenez simplement votre courage à deux mains. »