Il y a de nombreuses façons simples d'intégrer dans la routine de votre famille des moyens astucieux d'épargner. Mais que diriez-vous de pouvoir économiser encore plus en dépensant moins sur les choses de la vie quotidienne - ou encore mieux, en ne dépensant pas d'argent du tout?

Vous fixer comme objectif de passer un mois, une semaine - ou même une fin de semaine - à moins dépenser ou à ne rien dépenser, pourrait donner lieu à de nouvelles épargnes et à de nouvelles habitudes saines de dépenses, même pour les plus jeunes membres de votre famille.

Cela arrive aux meilleurs d'entre nous. Peu importe la détermination que l'on y met, on ne peut parfois pas s'empêcher de se sentir un peu « cloîtré ». Vous avez peut-être même entendu sortir de la bouche de vos enfants ces petits mots qui causent une vraie bousculade dans l'esprit des parents : « JE M'ENNUIE! ». Mais que peut-on peut faire?? Voici quelques idées pour divertir ces enfants, des bébés aux adolescents, pendant les moments où ils s'ennuient.

Jenny Smith

De: Amrita Taitram

J’ai toujours rêvé de poursuivre une carrière dans le domaine de la biologie marine, même avant de réellement apprécier ce que cela signifierait. Lorsque l’on me demandait ce que je voulais faire quand je serai grande, je répondais toujours « biologiste de la vie aquatique », sans vraiment comprendre quelles seraient les études qu’il me faudrait faire et comment j’y parviendrais.

L'estime de soi et les difficultés d'apprentissage

De Jennifer Anstiss

Quand un enfant doit grandir en gérant des défis au niveau de l'apprentissage et de l'attention, il est fort possible qu'il connaisse des problèmes d'estime de soi.  Les parents pourraient craindre que la perception de soi de leur enfant soit touchée ou que leur enfant puisse manquer d'assurance s'il éprouve des difficultés scolaires. Cependant, si les défis sont abordés de manière adéquate, vous pouvez aider votre enfant à renforcer et à maintenir une bonne estime de soi. 

Une Saint-Valentin faite main

De Carmen Kinniburgh

En tant que parent, j’ai appris à accepter que la Saint-Valentin ressemble peu à la fête que je célébrais avant d’avoir des enfants. Et, bien que je sois reconnue pour être un peu cynique en ce qui a trait à cette fête des amoureux commercialisée, je ne refuserai jamais un délicieux repas accompagné d’un bon vin.

Or, de nos jours, la table n’est pas le théâtre de soupers romantiques aux chandelles, mais plutôt un endroit dégagé pour faire place à la zone de production d’une grande quantité de cartes de la Saint-Valentin.

Pages