Dix trucs pour réduire votre facture d’épicerie

Dix trucs pour réduire votre facture d’épicerie

De Carmen Kinniburgh

J’ai éprouvé un sentiment de panique récemment, après avoir lu que les Canadiens pouvaient s’attendre à ce que le prix des fruits, des légumes et des viandes fraîches augmente de nouveau cette année, en particulier ceux qui vivent dans les communautés éloignées et du Nord. Cela découle principalement de la dépréciation du huard, qui a fait grimper le prix du chou-fleur jusqu’à 8 $ dans certains endroits!

Pour éviter pareil choc et la hausse du prix des aliments en général, j’ai décidé de m’en tenir à des habitudes inspirées par la frugalité pour nous aider à épargner et à nourrir notre famille de cinq avec un seul revenu d’emploi à plein temps dans le Nord-Ouest de l’Ontario.

Voici dix trucs testés par notre famille pour étirer chaque dollar d’épicerie.

1) Fixez-vous des objectifs réalistes : Vous ne parviendrez probablement pas à couper votre facture d’épicerie en deux instantanément; il serait plus réaliste de vous donner quelques mois de pratique pour économiser de 20 à 30 % sur vos dépenses actuelles. Vous devez maintenir certaines dépenses dans votre budget d’épicerie si vous ne voulez pas que le goût et la valeur nutritive en souffrent. Le but consiste à trouver un juste milieu entre la frugalité et le côté pratique.

2) Suivez l’évolution de vos dépenses : Ce n’est pas pour rien que les experts répètent sans cesse ce conseil, c’est parce qu’il fonctionne! Si vous conservez vos reçus d’épicerie pendant plusieurs mois, vous verrez où vous dépensez le plus et ce que vous pouvez, et ne pouvez pas, couper. À partir de là, vous pouvez établir un budget réaliste en fonction de vos revenus, de vos dépenses et de vos objectifs de réduction des coûts.

3) Faites-vous une liste : Essayez de planifier vos repas 7 à 10 jours à l’avance. Faites une liste d’épicerie détaillée et voyez quelle chaîne offre les meilleurs prix. Vous magasinerez moins souvent et de façon plus stratégique. N’oubliez pas de comparer le prix des différentes marques par unité, qui est généralement inscrit en petits caractères sur l’étiquette de l’étagère du magasin, pour savoir exactement quel produit est le moins cher.

La frugalité est à portée de main! Trouvez des coupons ou utilisez des applications pour comparer les prix.

4) Utilisez vos coupons : Que vous les preniez des circulaires, d’abonnements à des services en ligne comme Save.ca ou que vous utilisiez une application comme Flipp, les coupons sont un bon moyen d’économiser sur les marques populaires. Même faire vos achats dans un magasin qui offre un système de points ou utiliser une carte de crédit ou de récompenses qui vous permet éventuellement d’obtenir un rabais sur votre épicerie est une façon astucieuse de réduire vos coûts d’épicerie. Nous utilisons l’application PC Plus et économisons généralement au moins 100 $ en épicerie chaque année.

5) Achetez en vrac : La prémisse est simple : acheter en plus grandes quantités coûte moins cher par unité, alors quiconque cherche à réduire sa facture d’épicerie se doit d’acheter en vrac. Si vous avez de l’espace, investir dans un petit congélateur vous permettra d’entreposer des aliments en vrac, que ce soit par exemple 4,5 kg de bœuf haché, 4 miches de pain, plusieurs litres de fruits de saison, etc. Vous n’avez pas d’espace, qu’à cela ne tienne! Faites équipe avec un ami, un voisin ou un parent pour acheter en vrac; ainsi vous partagerez les aliments et les économies.

6) Profitez des soldes pour faire des provisions : Acheter les articles de base en grandes quantités lorsqu’ils sont en solde est une stratégie d’épargne à long terme. Nous achetons le plus possible de tomates et de haricots en conserve, de pâtes, de céréales, de sucre et de farine, etc., quand le prix est réduit, sachant que même si cela fait monter la facture d’épicerie pour les produits de première nécessité, nous allons économiser davantage sur l’ensemble de l’année.

7) Cuisinez plus souvent : Ce ne sont pas tous les repas faits maison qui vont vous coûter moins cher (et il vous faudra investir du temps) mais, la plupart du temps, ça vaut la peine, tant pour le goût que pour les économies. La pâte à pizza et la sauce faites maison, les muffins et les crêpes, les boulettes de viande et les hamburgers, et les plats mijotés réconfortants sont toujours gagnants. Si vous passez du temps à cuisiner des plats maison, doublez les recettes, mettez les restes dans les boîtes à lunch et les thermos, et congelez les surplus.

Cuisiner vous-même peut vous aider à réduire les coûts.

8) Faites des sacrifices, sans aller à l’extrême : Économiser ne devrait pas être une punition; mes enfants aiment les céréales pour le petit déjeuner, mais pour économiser, je leur sers des aliments moins chers, comme des rôties ou du gruau un jour sur deux. Nous buvons plus d’eau que du lait ou du jus, nous achetons des produits génériques plutôt que les grandes marques et nous mangeons régulièrement des repas sans viande. Par contre, nous aimons les produits biologiques et les œufs de poules élevées en liberté, et nous ne lésinons pas sur les grains de café; en économisant ailleurs, nous pouvons nous le permettre.

9) Mangez plus de produits locaux et en saison : En général, l’achat de fruits et de légumes locaux en saison coûte moins cher que les variétés exotiques importées. Si, comme nous, vous vivez dans une région nordique, il vous faut un congélateur et un peu de rangement pour les aliments en conserve, afin de pouvoir faire des réserves quand les produits sont bon marché et d’avoir un apport suffisant de vitamines tout l’hiver.

10) Faites un potager : Pour quelques sous par sachet, vous aurez suffisamment de graines pour nourrir votre famille avec des produits frais du jardin ou cultivés dans des pots sur le balcon (la laitue et les tomates se cultivent facilement ainsi). Un autre type de jardinage sans tracas que j’apprécie est la culture d’arbres fruitiers, de framboisiers et de plants de rhubarbe dans la cour. Les herbes fraîches plantées dans des pots de confiture vides placés sur un rebord de fenêtre sont aussi une façon amusante et bon marché de récolter les bienfaits des aliments cultivés chez soi.

Quelle que soit la méthode que vous choisirez pour économiser sur l’épicerie, je peux vous assurer que d’en faire un projet familial est un excellent moyen d’apprendre à vos enfants à budgéter, à économiser et, surtout, à bien manger!

Pour en savoir plus sur la lutte à la hausse du prix des aliments au Canada, lisez ceci :

§  Rapport annuel sur les aliments de l’Institut de l’alimentation de l’Université de Guelph (en anglais seulement)

§  Statistique Canada, Enquête sur les dépenses des ménages (EDM), dépenses alimentaires détaillées : comment se comparent vos dépenses?

§  Le livre préféré de Carmen comme source d’inspiration sur la frugalité (que vous pouvez vous procurer gratuitement à votre bibliothèque, évidemment) : The Complete Tightwad Gazette, de Amy Dacyczyn (en anglais seulement)

Le présent article a été initialement publié en janvier 2016

Carmen Kinniburgh est rédactrice pigiste et rédactrice en chef. Elle aborde divers sujets et idées sur la parentalité et la famille, la science et la recherche canadiennes, la santé et la médecine, ainsi que les voyages et le mode de vie. Née et élevée en Alberta, Carmen a aussi vécu dans le Sud de l’Ontario et au Manitoba, où elle a travaillé à titre professionnel dans le domaine des communications pour une université et un organisme de bienfaisance national en santé. Elle vit actuellement à Thunder Bay, en Ontario, et puise ses meilleures idées et son inspiration pour Parentwise de ses trois enfants tous plus précoces les uns que les autres.