Les notions de base pour épargner, dépenser et partager judicieusement : enseigner aux enfants les rudiments de l'argent

De Carmen Kinniburgh

Ce matin, ma fille de sept ans, et de grande sagesse, m'a demandé quel serait le sujet de la rédaction sur laquelle j'allais travailler pendant qu'elle était à l'école.

Quand je lui ai dit qu'il s'agissant d'un article sur l'enseignement de la valeur de l'argent aux enfants, elle m'a jeté un de ses regards qu'elle réservait aux occasions où je racontais quelque chose de tellement ridicule qu'elle devait remettre mes pendules à l'heure.

 « Maman, je sais déjà tout ce qu'il faut savoir sur l'argent : il faut en économiser un peu, en utiliser un peu et en donner un peu. Tu devrais peut-être choisir un autre sujet pour ton article. »

Bon. D'accord, j'ai compris.

Il semble que c'était seulement hier que mes enfants tout jeunes voulaient mettre tout leur argent dans leur bouche, dans les conduits de chauffage ou dans chaque machine à gommes qui se trouvait sur leur chemin. J'ai écrit sur ma façon d'aborder le sujet de l'argent pendant leur jeune âge - et sur le fait que je me servais des conseils de l'experte sur le rôle parental, Barbara Coloroso, afin de me guider pour amorcer cette conversation.

Comme ma fille l'a souligné, cette approche a assez bien réussi. Nous sommes parvenus à établir une base solide pour que nos enfants économisent, dépensent et donnent une portion de chaque dollar qu'ils reçoivent, souvent avec peu d'encouragement, ou même aucun, de notre part. 

Maintenant que l'une de nos enfants gagne son propre argent, et qu'elle le place dans son propre compte bancaire, je me rends compte que le défi à relever est celui de leur apprendre des moyens plus concrets d'épargner et de dépenser leur argent.

Étant donné que novembre est le mois de la culture financière, c'est le moment parfait pour que nous pensions tous aux stratégies que nous déployons pour gérer nos budgets familiaux, pour atteindre nos objectifs d'épargne comme le financement de l'éducation postsecondaire, et pour parler à nos enfants de la valeur de l'argent. 

Épargner : établir des objectifs et des stratégies pour toute la famille

Chez nous, nous trouvons qu'il est plus facile de nous payer en premier. J'essaye de donner à mes plus jeunes enfants leur argent de poche en pièces de monnaie pour qu'ils puissent facilement les diviser entre leur tirelire ou leur compte en banque et leur porte-monnaie - en général la moitié de ce qu'ils reçoivent.

Le même principe s'applique à l'argent reçu en cadeau d'anniversaire, à d'autres cadeaux en liquide, et aux gains provenant de la garde d'enfants pour ma fille aînée; les enfants ont maintenant l'habitude de mettre une partie de leur argent de côté avant même de penser à le dépenser. Ils peuvent alors avoir accès à ces économies pour des articles ou des événements particuliers, comme l'achat de souvenirs lors de leurs voyages de vacances, de jeux ou d'applications auxquels ils veulent contribuer - ou même des achats importants comme le iPad que mon fils et moi avons acheté ensemble l'année dernière.  

Ma fille aînée, maintenant en 7e année, a ouvert son propre compte en banque quand elle a eu 10 ans; elle se constitue lentement un joli petit pécule. Ce à quoi il est destiné change toutes les semaines, mais l'observer alors qu'elle s'exerce à essayer d'atteindre des objectifs et des rêves à long terme - l'achat d'un billet d'avion, d'une voiture ou l'ouverture un jour de son propre magasin de livres - me procure, à moi sa mère, un vrai plaisir.

Pour ma part, je m'assure également de mettre une partie de mon revenu directement dans un compte d'épargnes. Je fais preuve de discipline quand il s'agit de mettre une portion de chaque chèque de paie dans un compte en banque séparé pour les choses comme les vacances, les impôts et les réparations d'urgence sur la voiture ou la maison. Le simple fait de mettre de côté à peine 10 pour cent de chaque chèque de paie se traduit par des économies considérables à la fin de l'année.

Et mes cotisations aux régimes enregistrés d'épargne-études (REEE) de mes enfants sont effectuées automatiquement le premier jour de chaque mois au moyen d'un retrait préautorisé; une stratégie simple et efficace qui m'a aidé à faire en sorte que les fonds destinés à l'éducation future de mes enfants soient disponibles quand ils en auront besoin. L'option du REEE demeure l'une des meilleures façons d'économiser en vue des études : vous pouvez en général ouvrir un compte en versant seulement 10 dollars par mois, et vous aurez le plaisir de voir vos épargnes fructifier à l'abri de l'impôt au fil du temps, en plus de recevoir des subventions gouvernementales.

À l'approche de la Semaine de l'épargne-études (du 18 au 24 novembre), et en vue du 20e anniversaire de la Subvention canadienne pour l'épargne-études (SCEE), nous pouvons tous tirer profit de l'examen des stratégies d'épargne que nous utilisons pour les choses comme l'éducation future de nos enfants et de nous prévaloir d’excellents moyens d'épargne comme les REEE.

Dépenser : essayer d'adhérer au principe « à chacun sa façon »

Une chose qui m'a vraiment intéressée dans les livres de Coloroso sur le rôle parental a été la suggestion d'aider mes enfants à se sentir autonomes par rapport à la manière dont ils veulent dépenser leur propre argent. L'idée étant que nous pouvons guider nos enfants sur la valeur de l'argent, mais nous devons ensuite leur laisser suffisamment de latitude pour qu'ils puissent mettre en pratique leurs notions financières.

Le principe semble relativement facile à comprendre, mais il est plus dur à mettre en pratique dans la vie réelle de parent. Je me crispe en silence quand mes enfants veulent dépenser leur argent de poche pour acheter des bibelots au magasin à un dollar ou pour ajouter d'autres animaux en peluche à leur collection déjà énorme. Je ne comprendrai jamais la valeur de ces minuscules figurines en forme d'appareils de cuisine ou pourquoi ils veulent faire ou conserver encore plus d'autres choses en mastic.

Mais lorsque ma fille aînée quitte l'enceinte scolaire les vendredis pour aller acheter son dîner avec ses copines, nous en partageons souvent le coût en décidant du montant qui nous convient à toutes les deux. Et il est gratifiant de voir mes enfants se rendre dans un magasin de livres, par exemple, et de calculer ce qu'ils ont les moyens d'acheter, et de décider combien ils veulent dépenser de ce qu'ils ont dans leur portefeuille. Mes enfants sont également souvent inclus dans la conversation sur ce que j'ai les moyens de dépenser pour des repas aux restaurants ou des activités spéciales, une fois que nous avons pris en compte les dépenses et les factures du ménage.

Pour l'essentiel, j'essaye de leur donner un aperçu des façons de dépenser l'argent dans la vie adulte - et également de leur permettre de peser le pour et le contre eux-mêmes des choix de dépenses dont ils disposent, pendant que les coûts et les enjeux sont encore faibles. En fin de compte, ils auront acquis une certaine expérience en matière de décision financière en préparation au moment où ils commenceront à gagner de vrais salaires et à payer de vraies factures par la suite.

Partager : des actes de gentillesse et des dons de bienfaisance

Cet aspect de la gestion de l'argent est particulièrement important dans notre famille - partager ce que nous pouvons aves les personnes qui en ont plus besoin ou donner à des causes qui nous tiennent à cœur.

Parfois, c'est quelque chose d'aussi simple que d'offrir notre petite monnaie aux personnes qui demandent de l'aide dans la rue, ou de faire des petits dons aux organismes de bienfaisance locaux à la caisse des magasins. À d'autres occasions, lorsque mes enfants sont invités à des fêtes d'anniversaire, ils me demandent de faire un don à une banque alimentaire ou un don en argent pour une bonne cause en guise de cadeau, une approche qui devient de plus en plus répandue parmi les amis de mes enfants.

Nous parlons également du fait que donner de notre temps au profit de notre communauté et d'initiatives scolaires est un moyen aussi important de tendre la main, surtout quand nos budgets sont serrés.

En fin de compte, mon intention est de faire en sorte que nous restions tous humbles et que nous soyons tous prêts à aider autrui quand nous le pouvons. Et cela les aide à équilibrer le désir d'épargner et de dépenser leur propre argent et renforce leur sens de la générosité et leur esprit communautaire pour créer un monde encore plus agréable et plus compatissant.

Comme bien d'autres choses tout au long de notre parcours en tant que parents, ce n'est qu'un autre exemple de la manière dont nous apprenons et réapprenons les leçons de vie en même temps que nos enfants. En essayant de déterminer comment apprendre à mes enfants la valeur de l'argent, j'ai examiné de plus près comment mettre au point mes propres habitudes en matière de dépenses et d'épargnes à différentes étapes de notre vie familiale.

À l'aube de l'adolescence de mes enfants et de leur propre indépendance financière, je suis rassurée de savoir que les enfants et les adultes de tous âges peuvent toujours tirer parti d'une mise à jour sur les notions de base de la gestion financière. C'est un travail en devenir constant et gratifiant pour chacun d'entre nous.