Pourquoi il est important d'éveiller l'intérêt des filles pour les sciences

Female scientist in the field researching bees, International Day of Women and Girls in Science

De: Robyn McCallum

J'ai toujours bien aimé la lecture, l'écriture et la musique. En grandissant, j'ai trouvé intéressant les sujets comme l'histoire et l'anglais, mais quand j'ai pris mon premier cours de science plus approfondi au collège, j'ai eu des difficultés.
 
C'était le premier cours où j'avais obtenu de mauvais résultats à un examen. Cela ne m'était jamais arrivé avant. Je voulais abandonner, mais mes parents m'ont encouragée à persister et à réussir. Ce sont eux qui ont étudié le manuel avec moi tous les soirs et qui ont mené des expériences scientifiques avec moi pour que je comprenne les leçons. Je me rappelle avoir créé un bateau en papier aluminium dans l'évier avec mon père pour mieux comprendre la surface de contact - l'objet de la leçon était de déterminer quel style de bateau pourrait contenir le plus de pièces de monnaie.
 
Chaque fois que j'éprouvais des difficultés en sciences, mes parents étaient là pour m'aider. Ils détiennent tous les deux des antécédents en science, et ils ont établi des liens entre les cours de science et les sujets qui m'importaient : la nature et l'agriculture. Grâce à eux, je savais que je voulais relever le défi de la science et poursuivre des cours portant sur ce sujet après l'école secondaire.
 
À l'école secondaire, je me rappelle penser que je pourrais poursuivre des études en écriture, mais je savais également que les sciences, même si ce sujet n'était pas facile, me procureraient des débouchés que j'apprécierai beaucoup. Je suis tellement contente d'avoir choisi ce parcours difficile, parce qu'il m'a permis d'avoir accès à des occasions incroyables. 
 

Robin poursuit un doctorat (biologie) en pollinisateurs indigènes et ennemis naturels. Avez-vous repéré l'abeille?

Pendant mes études supérieures, j'ai eu la possibilité de faire des présentations à de nombreux congrès et de développer mes compétences en communication. Mon travail porte essentiellement sur les abeilles et j'ai pu voyager en Arizona pour m'informer auprès de quelques-uns des meilleurs chercheurs en abeilles au monde. J'ai également représenté le Canada à titre de déléguée étudiante pour le symposium sur la sécurité alimentaire du Conseil de Chicago sur les affaires mondiales à Washington, D.C.  
 
Après avoir terminé un baccalauréat ès sciences, je continue mes études postsecondaires en poursuivant un doctorat (biologie) en pollinisateurs indigènes et ennemis naturels. En cours de route, je suis devenue lauréate d'une bourse pour les études supérieures de CST, une bourse qui m'a non seulement aidée financièrement, mais qui m'a également inspirée à travailler encore plus fort et à poursuivre mes rêves. L'éducation a été un élément déterminant dans mon parcours. Elle m'a amenée là où je suis aujourd'hui. 
 
Je travaille actuellement avec les abeilles domestiques pour la pollinisation des bleuets. En optimisant la santé et la productivité des abeilles, la pollinisation peut être améliorée et contribuer ainsi à la croissance de l'industrie du bleuet au Canada atlantique. 
 
Comprendre la science qui sous-tend la biologie et la pollinisation des abeilles ainsi que pouvoir avoir de bons rapports avec les fermiers et les apiculteurs m'a ouvert des horizons dans ma carrière et a confirmé que ma détermination à poursuivre des études en sciences en valait la peine. Je suis très enthousiaste de pouvoir travailler dans le domaine de la productivité et de la santé des abeilles et de faire partie de l'industrie croissante du bleuet au Canada atlantique.  
 

Robyn en plein travail!

Poursuivre des études en sciences ne signifie pas que je n'ai pas l'occasion d'être créative. Mon amour de l'écriture m'a également aidée pendant mes études en sciences, du fait que je peux communiquer mes résultats à des publics différents. Cela m'a également permis d'adapter mes présentations, de proposer mon travail à des groupes et d'adapter mon style de communication en conséquence. 
 
Avoir l'occasion de faire part à d'autres, et en particulier à d'autres jeunes femmes, de mes connaissances en sciences me fascine toujours et j'en suis constamment reconnaissante. Que ce soit au moyen du bénévolat sur le campus de l'université au profit d'un camp scientifique pour filles, des visites aux écoles pour discuter des pollinisateurs ou de l'organisation de visites sur ma ferme - j'aime mettre en valeur la science qui est à la base de tout et l'importance des études dans ce domaine. J'aime également partager les possibilités pour les femmes dans les sciences et discuter des femmes scientifiques positives qui ont été mes mentors. Quand j'ai vécu des moments particulièrement difficiles ou quand je me suis sentie frustrée, j'ai toujours bénéficié du mentorat inspirant de l'une de ces femmes qui m'ont encouragée à persévérer. D'après moi, c'est un élément important qui encourage les femmes dans les sciences - nous devons nous soutenir les unes les autres et faire connaître nos histoires.
 

Robyn aime faire connaître l'importance des sciences tout en organisant des visites de sa ferme.

Alors, bien que les sciences se soient avérées être difficiles au départ, je suis tellement contente de ne pas avoir abandonné. Ma persévérance en a vraiment valu la peine. J'espère que mon histoire a décrit l'une des nombreuses voies que les femmes peuvent suivre en sciences. En m'entourant d'un réseau de soutien, en travaillant fort et en décidant quel parcours en sciences me conviendrait le mieux, je suis fière de dire que je suis une femme du domaine des sciences.

Robyn McCallum est originaire du Nouveau-Brunswick, mais elle travaille et étudie actuellement dans l’ensemble des Maritimes. Son expertise réside dans le domaine de la science animale, et elle poursuit présentement un doctorat en biologie. Robyn travaille avec des abeilles domestiques et les pollinisateurs indigènes dans les systèmes agro-écologiques de bleuets nains, et elle exploite et cultive sa propre ferme. Elle a été lauréate d’une bourse pour les études supérieures de CST en 2016