Réaliser le rêve de devenir biologiste de la vie aquatique

Jenny Smith

De: Amrita Taitram

J’ai toujours rêvé de poursuivre une carrière dans le domaine de la biologie marine, même avant de réellement apprécier ce que cela signifierait. Lorsque l’on me demandait ce que je voulais faire quand je serai grande, je répondais toujours « biologiste de la vie aquatique », sans vraiment comprendre quelles seraient les études qu’il me faudrait faire et comment j’y parviendrais.

Ma fascination pour le monde aquatique se déclencha lors d’un voyage à la Grande barrière de corail, le plus grand système de récifs coralliens au monde. Ma famille et moi-même séjournions dans l’île Lady Elliot, une île corallienne dans la partie sud de la Grande barrière de corail où nous pouvions faire du snorkeling à quelques mètres de la plage. Ce fut mon premier contact avec le monde sous-marin et, depuis ce jour, j’ai su que, d’une manière ou d’une autre, c’était la voie dans laquelle je voulais m’engager.

Mes études en biologie marine au Canada

Afin de poursuivre la biologie marine, il me fallait avoir accès à un océan mais, vivant à Ottawa, je n’étais pas dans l’endroit idéal. Je désirais obtenir un baccalauréat en biologie marine et j’ai décidé de fréquenter l’Université de Dalhousie, sur la côte Est du Canada.

Tout en ayant la certitude de vouloir étudier la biologie marine, je n’avais pas réfléchi à la façon dont je financerais des études universitaires – surtout s’il me fallait vivre ailleurs qu’à la maison. Heureusement pour moi, alors que je passais mon temps à rêver de la préservation des délicats écosystèmes marins, mes parents eux ont pensé à mes études futures et les ont planifiées. Ils ont eu la prévoyance d’ouvrir un régime enregistré d’épargne-études (REEE) chez CST dès ma naissance. Ce régime d’épargne m’a offert la possibilité de fréquenter une université loin de chez moi et d’obtenir éventuellement le diplôme que je convoitais le plus.

Grâce à l’aide de CST, j’ai obtenu un baccalauréat ès science avec spécialisation en biologie marine à l’Université de Dalhousie, mais je ne comptais pas m’arrêter là. Je tenais à approfondir mes études dans ce domaine et j’ai commencé à explorer les programmes de cycles supérieurs. Dans le cours de mes recherches, j’ai découvert un laboratoire à l’Université de Victoria sur la côte Ouest qui effectuait des recherches sur les récifs coralliens et sur la façon dont le changement climatique les menace. Sachant que je voulais faire partie de ce projet, j’ai mis en route le processus de demande.

La bourse de CST pour les études supérieure m’a aidée à poursuivre ma passion pour l’univers sous-marin

L’été suivant l’obtention de mon baccalauréat, je me sentais un peu confuse à propos de ma destination et de ce que je ferais dans l’avenir. Mon objectif était de poursuivre des études de deuxième cycle mais je ne savais pas comment j’allais trouver le financement nécessaire à ma recherche. Sans financement additionnel, je ne savais pas si j’allais y parvenir. Pour améliorer mes chances poursuivre des études supérieures, j’ai décidé de faire demande de bourses, dont une bourse de CST pour les études supérieures. 

Quiconque possède un REEE du Plan fiduciaire canadien de bourses d’études et prévoie de poursuivre des études de deuxième cycle est admissible à postuler et, comme CST m’avait déjà aidée à financer mes études de premier cycle, j’ai tenté ma chance. Mon conseil à toute personne admissible est simplement ne pas hésiter à faire une demande étant donné que le processus est tout à fait ordinaire et relativement facile à suivre!

- Lorsque j’ai reçu l’appel de CST m’annonçant que j’étais l’une des heureuses lauréates de bourses pour les études supérieures, tout à changé. Ce soutien financier pour les études m’a convaincue que j’allais pouvoir poursuivre les études supérieures de mon choix et me lancer dans la recherche qui m’attirait le plus. Grâce à la bourse de CST pour les études supérieures j’ai pu poursuivre ma maîtrise.

Rêve d’une carrière en biologie marine : la conservation des récifs coralliens

Poursuivre une maîtrise à l’Université de Victoria me donne le sentiment de réaliser mon rêve d’enfance, celui de travailler dans le domaine de la biologie marine et des récifs coralliens. J’espère que, en faisant une maîtrise en biologie, je pourrais continuer à élargir mes connaissances et les appliquer dans le cadre d’une carrière dans la conservation. J’aimerais contribuer à la communauté et œuvrer pour essayer de préserver la beauté et la diversité des écosystèmes de notre planète.

Jenny Smith est bénéficiaire d’un régime du Plan CST et lauréate d’une bourse de CST pour les études supérieures. C'est sa fascination de la Grande barrière de corail qui a poussé Jenny à étudier les coraux. Elle poursuit actuellement une maîtrise en biologie à l'Université de Victoria afin d'étudier les effets du changement climatique et les perturbations anthropiques sur la résilience des récifs coralliens.