Vous venez d’arriver au Canada? Informez-vous sur les options canadiennes de financement pour les études postsecondaires de votre enfant.

De Carmen Kinniburgh

Si vous êtes récemment venu vivre au Canada, vous découvrez probablement beaucoup de nouvelles choses à propos de la vie ici : notre amour national pour les beignets et le café, comment tirer le meilleur parti des hivers sombres et froids, ainsi que l’immensité de notre territoire et des régions rudes et sauvages dont nous faisons partie.

Et, si vous avez des enfants, vous avez aussi besoin de connaître notre système éducatif. Comme nombre d’autres pays industrialisés, le Canada offre à tous les enfants une éducation d’excellente qualité, financée par les fonds publics, de la maternelle à la 12e année. Si vous vous êtes installés dans une ville qui comprend au moins une école, vos enfants auront accès à l’école élémentaire et secondaire sans que vous n’ayez (trop) d’argent à débourser.

Mais après la 12e année, l’éducation au Canada peut devenir plus dispendieuse. Si votre enfant et vous-même prévoyez qu’il ou elle fera ses études futures au Canada, alors continuez votre lecture pour savoir quels sont les facteurs importants dont vous devrez tenir compte et pour obtenir des idées sur la façon dont vous pourrez épargner.

Le collège et l’université au Canada.

Au Canada, les étudiants qui ont un diplôme de fin de secondaire peuvent faire une demande pour fréquenter un collège ou une université de leur choix dans l’une de nos provinces ou de nos territoires. Votre enfant aura ample choix du fait que, selon Universités Canada, nous comptons près de 100 universités d’un bout à l’autre du pays et probablement tout autant de collèges.

Les admissions sont en principe déterminées en fonction du rendement scolaire et des notes, mais aussi parfois par l’entremise des sports et d’autres activités liées à des intérêts particuliers dans lesquelles votre enfant pourrait briller.

Et, bien que les établissements postsecondaires reçoivent un certain financement de la part du gouvernement au Canada, les étudiants doivent toujours verser des droits de scolarité pour s’inscrire au programme de leur choix. Ces droits varient dans chaque collège et université et ils sont aussi plus élevés pour les étudiants provenant d’une autre province ou d’un autre pays.

Il convient de remarquer que les établissements postsecondaires admissibles au Canada ne se limitent pas aux collèges et aux universités. D’autres établissements comme les écoles de métiers, les écoles de formation professionnelle ou technique, les écoles confessionnelles, l’enseignement à distance et les cours par correspondance peuvent tous être considérés comme offrant un enseignement postsecondaire.

Le coût des études au Canada

Par comparaison avec des pays comme la Suède et l’Allemagne où les études postsecondaires sont entièrement financées, fréquenter le collège ou l’université au Canada peut paraître dispendieux. Néanmoins, dans notre système d’éducation financé par les fonds publics, les droits de scolarité au Canada sont subventionnés par le gouvernement, dans une certaine mesure, ce qui les rend généralement un peu plus abordables pour les étudiants et leurs familles.

Selon Universités Canada, les droits de scolarité au pays se situent actuellement entre 3 000 $ et 8 000 $ par an pour des études collégiales et universitaires, selon la province ou le territoire. Le coût est encore plus élevé lorsque l’on tient compte des frais de résidence et de repas, si l’étudiant fréquente un collège ou une université éloignés.

Et si vos enfants sont encore jeunes, les droits de scolarité pourraient avoir monté en flèche d’ici le temps où ils entameront leurs études postsecondaires. Selon Consultants C.S.T. inc., il est prédit que, d’ici 2036, le montant des droits de scolarité au Canada pourrait atteindre les 84 000 $ pour quatre années d’université, ou 146 000 $ si l’on inclut le logement et les repas.

Votre enfant peut faire demande de nombreuses bourses et subventions publiques et privées différentes pour l’aider à financer le coût de ses études postsecondaires au Canada. Et, bien que les étudiants puissent aussi demander des emprunts auprès de banques ou du gouvernement, obtenir son diplôme en ayant accumulé des dettes étudiantes importantes peut constituer un gros fardeau financier pour la plupart des jeunes adultes.

Vu le coût actuel et le coût potentiel futur de l’éducation, la meilleure stratégie pour les parents est de commencer à épargner de bonne heure pour les études futures de leurs enfants alors que ces derniers sont jeunes. Et le moyen le plus efficace d’épargner pour les études postsecondaires est d’ouvrir un régime enregistré d’épargne-études (REEE).

Les bases du REEE

Les intérêts composés sont la fondation d’un REEE. Plus vous commencez tôt à épargner pour les études de votre enfant, plus vos épargnes bénéficieront de la capitalisation. En un mot, le plus longtemps vous épargnerez, le plus vous économiserez dans votre REEE et le plus de revenu, de dividendes et de gains en capitaux vous accumulerez sur votre placement.

Au Canada, les REEE sont enregistrés auprès de l’Agence du revenu du Canada (ARC) et, bien que vos cotisations ne soient pas déductibles d’impôt, elles s’accumulent libres d’impôt jusqu’à ce que votre enfant ou un autre bénéficiaire ait besoin des fonds. Un REEE vous donne aussi accès à des subventions gouvernementales, ce qui vous aide à réaliser plus facilement votre objectif.

Le gouvernement canadien offre par exemple la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) qui ajoute des fonds à votre REEE.  La SCEE est égale à 20 pour cent des premiers 2 500 $ que vous cotisez chaque année à votre REEE, jusqu’à concurrence de 7 200 $ à vie pour chaque enfant. Selon votre revenu familial, vous pourriez avoir droit à davantage de SCEE chaque année et certaines provinces offrent aussi leurs propres incitatifs et programmes de subventions.

Les parents, les grands-parents, des amis et d’autres membres de la famille peuvent également ouvrir un REEE au nom d’un enfant ou bénéficiaire, ce qui fait de ces régimes un moyen très flexible et simple d’épargner de façon proactive. Votre bénéficiaire et vous-même devez toutefois être des résidents du Canada et posséder des numéros d’assurance sociale valides. Le but de tout REEE est que, lorsque votre enfant sera prêt à étudier, vous serez prêt à financer son éducation.

Des moyens d’épargner en vue des études postsecondaires

En règle générale, une bonne stratégie d’épargne pour pouvoir tirer le meilleur parti des subventions gouvernementales est de cotiser approximativement 208 $ par mois ou 2 500 $ par an dans un REEE.

Si vous n’êtes toutefois pas en mesure de mettre autant de côté chaque mois pour chaque enfant, la bonne nouvelle est que vous pouvez ouvrir un REEE et y cotiser en fonction de vos moyens pour que votre épargne-études puisse commencer à fructifier libre d’impôt.

Et voici quelques façons créatives de réduire vos dépenses dans votre budget familial pour pouvoir économiser davantage chaque année, notamment :

Ultimement, toute somme que vous commencez à économiser aujourd’hui, de la façon qui convient à votre famille, contribuera à aider votre enfant à pouvoir aller au collège ou à l’université dans l’avenir.

Parlez d’éducation et d’épargne à vos enfants

Dans le cadre de votre nouvelle vie au Canada, comprendre le coût de la vie ici et comment dépenser sagement pour pouvoir réaliser les objectifs de votre famille peut faire l’objet d’un bon moment d’apprentissage pour les enfants comme pour les parents.

Vous disposez de nombreux outils et ressources pour enseigner à vos enfants la valeur de l’argent et les préparer à leur indépendance financière future. Il n’est jamais trop tôt pour commencer et il n’est jamais trop tard pour vous rattraper.

Et il vaut la peine de noter qu’explorer les collèges locaux et les campus universitaires d’un bout à l’autre du Canada vous donnera une excellente idée de votre nouveau pays et des nombreuses possibilités que ces établissements ont à vous offrir pour vos études futures.

Vous venez d’arriver au Canada? Informez-vous sur les options canadiennes de financement pour les études postsecondaires de votre enfant. | CST Blog | C.S.T. Consultants Inc.

Error

The website encountered an unexpected error. Please try again later.